Coordonnées

Adresse et Téléphone du cabinet


adresse du cabinet dentaire 3, rue Lorem Ipsum
1290 Lorem Ipsum
  
téléphone Tel : +33 (0)3 23 00 00 00
Fax : +33 (0)3 23 00 00 00

Horaire d'ouverture

Nous sommes disponibles aux heures indiquées ci-dessous, même pour ceux qui n'ont pas pris de rendez-vous.

Lundi - 14H-19H30
Mardi - 14H-18H
Mercredi 9H-13H 14H-18H
Jeudi 11H-13H 14H-19H30
Vendredi 10H30-13H 14H-19H30
Samedi 9H-14H -
Ouvert un samedi sur deux
Fermé le dimanche
Pendant les vacances scolaires, le cabinet est ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 18h30

Urgences

Service d’urgences dentaires

Service d’urgences dentaires Nuit, jours fériés et dimanche : composer le 15.

Pour connaître les gestes à adopter en cas d'urgence, cliquez ici.

Bienvenue

Bienvenue dans le cabinet du Docteur Lorem Ipsum.


Chère Patiente, cher Patient,


Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis; quid parentes sentiant, lacrimae matris incredibilisque maeror, squalor patris et haec praesens maestitia, quam cernitis, luctusque declarat.

Soleo saepe ante oculos ponere, idque libenter crebris usurpare sermonibus, omnis nostrorum imperatorum, omnis exterarum gentium potentissimorumque populorum, omnis clarissimorum regum res gestas, cum tuis nec contentionum magnitudine nec numero proeliorum nec varietate regionum nec celeritate.

Eodem tempore Serenianus ex duce, cuius ignavia populatam in Phoenice Celsen ante rettulimus, pulsatae maiestatis imperii reus iure postulatus ac lege, incertum qua potuit suffragatione absolvi, aperte convictus familiarem suum cum pileo, quo caput operiebat.

Adolescebat autem obstinatum propositum erga haec et similia multa scrutanda, stimulos admovente regina, quae abrupte mariti fortunas trudebat in exitium praeceps, cum eum potius lenitate feminea ad veritatis humanitatisque viam reducere utilia suadendo deberet, ut in Gordianorum actibus factitasse Maximini truculenti illius imperatoris rettulimus coniugem.


A très bientôt !
Docteur Lorem Ipsum


 

 

L'Équipe

Docteur Lorem Ipsum
Piso autem alio quodam modo en 2001
Adolescebat autem obstinatum propositum 2001
Iquid parentes sentiant 2001 à 2004
Tad veritatis humanitatisque viam 2002
Squi se etiam nunc subsidiis 2002 à 2006
Piso autem alio quodam modo
Aos perire patiemur de 2006 à 2008
Numéro inscription Conseil de l'ordre : 00 00 00 000
Docteur Lorem Ipsum
Soleo saepe ante oculos ponere en 2001
Duam tuis non dicam cursibusen 2001
Non potuit per hostemen 2001
Adolescebat autem obstinatum propositum
Numéro inscription Conseil de l'ordre : 00 00 00 000
Mlle Lorem Ipsum
Cuius ignavia populatam in Phoenice
Eodem tempore Serenianus ex duce

Retour en haut de la page

Les locaux

Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis; quid parentes sentiant, lacrimae matris incredibilisque maeror, squalor patris et haec praesens maestitia, quam cernitis, luctusque declarat.

Soleo saepe ante oculos ponere, idque libenter crebris usurpare sermonibus, omnis nostrorum imperatorum, omnis exterarum gentium potentissimorumque populorum, omnis clarissimorum regum res gestas, cum tuis nec contentionum magnitudine nec numero proeliorum nec varietate regionum nec celeritate conficiendi nec dissimilitudine bellorum posse conferri; nec vero disiunctissimas terras citius passibus cuiusquam potuisse peragrari, quam tuis non dicam cursibus, sed victoriis lustratae sunt.

Eodem tempore Serenianus ex duce, cuius ignavia populatam in Phoenice Celsen ante rettulimus, pulsatae maiestatis imperii reus iure postulatus ac lege, incertum qua potuit suffragatione absolvi, aperte convictus familiarem suum cum pileo, quo caput operiebat, incantato vetitis artibus ad templum misisse fatidicum, quaeritatum expresse an ei firmum portenderetur imperium, ut cupiebat, et cunctum.

Adolescebat autem obstinatum propositum erga haec et similia multa scrutanda, stimulos admovente regina, quae abrupte mariti fortunas trudebat in exitium praeceps, cum eum potius lenitate feminea ad veritatis humanitatisque viam reducere utilia suadendo deberet, ut in Gordianorum actibus factitasse Maximini truculenti illius imperatoris rettulimus coniugem.

La Galerie

Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum Lorem Ipsum
Retour en haut de la page

Le traitement orthodontique

Orthodontie du jeune enfant

Il s'agit de traitements réalisés avant que toutes les dents de lait ne soient remplacées par des dents définitives. On parle d'interception : il faut éviter qu'un mauvais engrènement des dents ne perturbe l'harmonie de la croissance du visage de l'enfant (mâchoires déviées à  gauche, à  droite, en avant ou en arrière). Le but ici n'est pas d'aligner les dents, mais de débloquer une situation pathogène.

Les appareils utilisés peuvent être fixes, ou amovibles. Tous doivent être facilement acceptés par le jeune enfant :
Les plaques palatines et le quad'helix élargissent la mâchoire supérieure.
Les grilles anti-pouce et les positionneurs vont aider l'enfant à  corriger ses mauvaises habitudes déformantes.
Les activateurs et les bielles stimulent la croissance de la mâchoire inférieure.
Le masque facial et les plaques à  pistes stimulent la croissance de la mâchoire supérieure.

L'interception dure généralement entre six mois et un an. Elle est suivie par une période dite de surveillance durant laquelle l'orthodontiste veille à  ce que le remplacement des dents de lait par les dents définitives se passe dans de bonnes conditions.

Orthodontie de l'adolescent

Le jeune adolescent n'a plus de dents de lait, il est sur le point de faire sa poussée de croissance, c'est le moment privilégié de l'orthodontie. L'appareil utilisé le plus communément est le « multi-bagues », c'est celui qui permet de positionner le plus précisément possible les dents dans les trois sens de l'espace.

Le principe est d'exercer un couple de forces physiologiques sur la partie visible des dents, afin d'obtenir une réaction de l'os qui entoure les dents. C'est une sorte de cicatrisation induite et contrôlée, possible grâce à  la qualité naturelle des dents à  s'adapter à  leur environnement.

Le traitement dure généralement de un à  trois ans, cette durée variant bien entendu en fonction du problème de départ, du port assidu ou non des élastiques, de la qualité de l'os de chaque individu, mais aussi du brossage des dents (tartre sur l'appareil) !!!

Le port des bagues est suivi d'une période dite de contention, pendant laquelle le patient porte un appareil qui stabilise le résultat obtenu tout en s'affranchissant des inconvénients de l'appareil multi-bagues. C'est la partie la plus importante du traitement, car elle conditionne la pérennité du résultat obtenu.

Orthodontie de l'adulte

Entrée du cabinet

Contrairement aux idées reçues, les traitements orthodontiques sont tout à  fait adaptés aux adultes. Cependant, si les simples problèmes d'alignements dentaires sont en général faciles à  corriger, il est bien évident qu'on ne peut plus stimuler ou freiner la croissance des mâchoires chez un adulte qui, par définition, ne grandit plus. L'arsenal thérapeutique est donc différent de celui des adolescents.

Chaque traitement est individualisé en fonction du problème et de la demande du patient. Les possibilités offertes par l'orthodontie de l'adulte sont multiples et variées, passant du repositionnement d'une seule dent à  la réhabilitation complète de toute la cavité buccale, et de l'aménagement d'espace préimplantaire à  la chirurgie de tout le massif facial.

Orthodontie du sénior

Cas particulier de l'orthodontie de l'adulte. Il s'agit essentiellement de traitements effectués à  la demande du chirurgien-dentiste, afin de permettre la réalisation de prothèses ou d'implants dentaires, ou de rééquilibrer la quantité d'os autour des dents.

Orthodontie invisible

Il existe deux grands types de traitements « invisibles » : les gouttières en résine transparentes, amovibles, confortables, mais dont les indications sont relativement limitées, et les appareils multi-bagues, dits linguaux, qui laissent la face visible des dents libres et qui offrent tout l'éventail de traitement de l'orthodontie moderne. Ces appareillages, en plein essor, restent cependant encore onéreux du fait de la complète individualisation de l'appareillage et des longues étapes de laboratoire.

Les rendez-vous

À part la première consultation, la pose et la dépose des appareils, qui demandent un certain temps, les rendez-vous sont assez rapides en orthodontie, de l'ordre du quart d'heure. C'est le temps nécessaire pour modifier et réactiver la pression de l'appareil sur les dents.

L'intervalle entre deux rendez-vous est de l'ordre de trois à  six semaines. C'est le temps utilisé par les cellules osseuses pour s'organiser et répondre aux pressions exercées sur les dents. Cet intervalle varie selon les patients, généralement il est de quatre semaines pour les adultes et de six semaines pour les enfants.

Durant cet intervalle, il peut se passer beaucoup de choses, aussi il ne faut pas hésiter à  contacter le cabinet en cas de doute ou d'accident.

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

Soins et remboursements

Consultations chez le dentiste, soins et prothèses dentaires, traitements d'orthodontie… Le point sur le tarif de ces actes et sur leur prise en charge par l'Assurance Maladie.

Consultations

La consultation chez un chirurgien-dentiste spécialisé en orthopédie dentofaciale (orthodontiste) conventionné est prise en charge et remboursée par la caisse d'assurance maladie à  70% sur la base du tarif conventionnel, de même que les radiographies et le diagnostic (compte-rendu de l'analyse des moulages, radiographies et photos).

Soins dentaires

Le traitement orthodontique, après envoi d'une demande d'entente préalable à  la caisse de sécurité sociale, est pris en charge à  100%, sur la base du tarif dit "de responsabilité" (base de remboursement). Cette demande est envoyée avant l'âge de seize ans. Au delà , aucun remboursement n'est accordé par la sécurité sociale en dehors des cas de chirurgie des mâchoires pour lesquels un semestre est pris en charge. L'absence de réponse de la caisse de sécurité sociale vaut accord et est valable six mois.

Attention : l'accord de votre caisse d'Assurance Maladie est valable six mois. Vous devez donc débuter les soins dans les six mois qui suivent cet accord. Au-delà , les frais ne seront pas pris en charge.

Tarifs et remboursement des traitements d'orthodontie
(1) Le montant remboursé ne tient pas compte de la participation forfaitaire de 1 € éventuellement retenue si le traitement est réalisé par un médecin stomatologiste.
Pour rappel, la participation forfaitaire de 1 € ne s'applique pas aux consultations, actes et soins réalisés par un chirurgien-dentiste.
Traitement d'orthodontie Tarif Base du remboursement Taux de remboursement Montant remboursé (1)
Consultation 23,00 € 23,00 € 70 % 16,10 €
Radiographie panoramique
téléradiographie + panoramique
27,93 €
47,88 €
27,93 €
47,88 €
70 %
70 %
19,55 €
33,52€
Diagnostic 100 € 43,00 € 70 % 30,10 €
Semestre enfant
interceptif
multibague métallique
multibague céramique

600,00 €

600,00 €

680,00 €

193,50 €

193,50 €

193,50 €

100 %

100 %

100 %

193,50 €

193,50 €

193,50 €
Semestre adulte (2)
multibague métallique
multibague céramique
invisible lingual


700,00 €

780,00 €

700€+4000€(3)


-

-

-


-

-

-


193,50 €

193,50 €

193,50 €
Surveillance 46,00 € 10,75 € 70 % 7,53 €
Contention 1ère année 400 € 161,25 € 100 % 161,25 €
Contention 2ème année 200 € 107,50 € 100 % 107,50 €

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

Fiches Conseils

Le brossage des dents avec l'appareil

Il s'agit probablement de l'aspect le plus important de votre traitement : les appareillages multi-attaches utilisés classiquement en orthodontie sont de véritables garde-mangers. Le brossage des dents après chaque repas doit donc devenir un rite immuable. Mais encore plus important que le brossage, c'est le résultat, donc la manière qui importe. Un brossage inefficace répété tous les jours va laisser la plaque dentaire s'accumuler aux mêmes endroits et être à  l'origine de caries de surface, donc de tâches (ce qui n'est pas vraiment l'effet recherché !!!). Un brossage appliqué et méthodique avec une brosse à  dents normale suffit largement. Il ne faut surtout pas oublier de concentrer son action entre l'appareil et la gencive, car c'est là  que la nourriture s'accumule le plus. L'utilisation de petites brossettes inter-dentaires ou de jets d'eau pulsée sont un bon complément pour le brossage.

L'entretien de l'appareil amovible

Les appareils amovibles utilisés en orthodontie sont généralement en résine ou en silicone. Ils doivent être entretenus régulièrement avec beaucoup de soin ; le plus simple est de nettoyer votre appareil avec votre brosse à  dents au-dessus du lavabo quand vous l'enlevez, de bien le rincer puis de le sécher avant de le remettre dans sa boîte. Il existe dans le commerce des produits nettoyants préconisés pour les appareils dentaires, de type Stéradent®, ils sont tout à  fait valables et permettent d'approfondir le nettoyage en cas d'apparition d'odeurs désagréables. L'utilisation de vinaigre de vin blanc permet d'éviter l'apparition de tartre.

L'alimentation

Il est recommandé d'éviter les aliments trop durs pour ne pas casser l'appareil, trop collants pour éviter d'en avoir pleins les dents et trop filandreux pour éviter qu'ils s'enroulent dans l'appareil. Ensuite tout est question de subtilité et de bon sens : un gros Malabar® risque d'être à  l'origine d'une visite imprévue au cabinet, alors que les petits chewing-gums se mâchent facilement et sans trop de problèmes...

Du point de vue de la douleur, après chaque activation, il vaut mieux éviter les aliments trop durs pendant quelques jours car les dents sont plus sensibles. L'alimentation normale est progressivement rétablie jusqu'à  la prochaine activation. Il y a cependant de grandes variables individuelles quant au ressenti de la douleur pendant l'alimentation.

Le sport

Le port d'un appareil orthodontique n'empêche en aucun cas la pratique d'un sport. S'il est fortement déconseillé de pratiquer son sport favori avec un appareil orthodontique amovible dans la bouche, il est très facile de protéger son appareil multi-bagues (et ses lèvres !!!) à  l'aide d'un protège-dents thermoformable classique que l'on trouve dans le commerce.

Les mauvaises habitudes

  • Pouce, linge, tétine : la succion d'un doigt, d'un linge ou d'une tétine est tout à  fait normale au plus jeune âge ; cependant, avec l'apparition des dents, cette habitude va interférer avec le bon alignement des arcades dentaires et avec la maturation des fonctions oro-faciales. Les symptômes habituels consistent en une avancée des incisives supérieures et un ralentissement de la croissance de la mâchoire inférieure. L'enfant interpose alors la lèvre inférieure entre les dents, ce qui crée un cercle vicieux. L'association d'un appareillage orthodontique à  une rééducation orthophonique est alors nécessaire pour corriger le problème.

  • Les ongles :l'onychophagie (le fait de se ronger les ongles) est une mauvaise habitude formellement interdite en orthodontie : non seulement l'appareil risque d'être abîmé, ce qui vous oblige à  venir le faire réparer, mais surtout les petits chocs répétitifs sur les dents mobilisées par l'appareil risquent de détruire leurs racines (au lieu que ce soit la dent qui se déplace dans l'os, c'est l'os qui se déplace dans la dent !!).

  • La déglutition infantile, immature : elle est généralement associée à  une mauvaise mécanique respiratoire, à  un mauvais positionnement des dents et des mâchoires et à  une mauvaise phonation. Il s'agit du mécanisme de succion-déglutition du nouveau-né (avec absence de dents) qui perdure malgré l'apparition des dents. Lors de la déglutition infantile, la langue passe entre les dents et vient chercher un appui contre les lèvres et les joues qui se contractent, provoquant une déformation des arcades dentaires. Il est impossible de conserver un bon alignement dentaire si le passage à  une déglutition de type adulte ne se fait pas (de même si un adulte se met à  sucer son pouce, ses dents vont partir en avant...). La rééducation de la déglutition immature se fait soit pendant le traitement avec l'aide de l'orthodontiste, soit pour les cas les plus complexes en passant par un orthophoniste ou un kinésithérapeute spécialisé.

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

Fiches Techniques

L'activateur

activateur

Essentiellement réservé aux jeunes en denture mixte, l'activateur est un appareil en résine amovible utilisé pour stimuler la croissance de la mâchoire du bas. En réalité, il permet aussi d'agrandir le palais et de reculer les incisives supérieures si nécessaire. Son port régulier (entre dix et quatorze heures par jour) permet aussi une rééducation passive de la langue. Il comporte en son milieu un vérin qui devra être activé une à  deux fois par semaine.

L'arc de Nance

arc_de_Nance

Appareil fixe, soudé aux bagues postérieures, il permet de garantir la stabilité des molaires dans les mouvements dentaires de grande amplitude, en particulier lors de l'extraction de prémolaires. Il est aussi utilisé afin d'éviter la migration des molaires sur les prémolaires en cas d'extractions prématurées de dents de lait.

Grille anti-pouce, guide-langue

grille-anti-pouce

Appareil fixe, soudé aux bagues postérieures et dont le but est d'empêcher la succion du pouce ou l'interposition de la langue entre les dents antérieures. Il s'agit généralement d'une petite grille en mousse qui épouse la forme du palais et qui peut être associée à  un autre appareil. Cette grille n'est pas un moyen coercitif, mais plutôt une aide à  l'arrêt des mauvaises habitudes. La coopération de l'enfant est donc nécessaire au bon fonctionnement de l'appareil.

L'arc lingual

arc-lingual

Appareil fixe, soudé sur les bagues postérieures de la mâchoire inférieure et dont le but est d'empêcher la version ou la mobilisation des molaires en cas de mouvements dentaires de grande étendue ou d'extractions prématurées de dents de lait.

L'ELN

Enveloppe Linguale Nocturne

Enveloppe Linguale Nocturne. Il s'agit d'un appareil en résine amovible utilisé comme moyen de rééducation actif ou passif de la langue, afin de lui faire retrouver une posture haute physiologique (la langue doit épouser le palais au repos et ne pas passer entre les dents lors de la déglutition).

Le multi-bagues ou multi-attaches

multibagues

C'est l'appareillage le plus précis utilisé en orthodontie. Il permet de mobiliser chaque dent précisément dans les trois sens de l'espace en fonction de ses voisines et des dents d'en face. Il est constitué d'un ensemble de petites plaquettes (attaches ou brackets), collées sur les dents et possédant une gorge dans laquelle passe un fil métallique plus ou moins gros qui va faire bouger les dents selon la conformation de la gorge.
Le multi-bagues est utilisé principalement en denture définitive, pour optimiser la forme et l'engrènement des arcades dentaires. Il peut être plus ou moins discret, selon qu'il est en métal, en céramique ou positionné à  l'intérieur de la bouche.
Le traitement débute généralement par la pose de l'appareillage du haut puis, quelques mois après, une fois que c'est possible, l'appareil du bas est mis en place. Dès que les arcades maxillaires et mandibulaires ont retrouvé une forme parfaite, le port des élastiques permet un bon engrènement des mâchoires. Une fois que l'on est sùr que la position des mâchoires est stable, le multi-bagues est enlevé pour être remplacé par un appareil de contention, facilement accepté par le patient.

L'orthodontie invisible

goutierre
appareils multi-bagues, dits linguaux

Il existe deux grands types de traitements « invisibles » : les gouttières en résine transparentes, amovibles, confortables, mais dont les indications sont relativement limitées, et les appareils multi-bagues, dits linguaux, qui laissent la face visible des dents libres et qui offrent tout l'éventail de traitement de l'orthodontie moderne. Ces appareillages, en plein essor, restent cependant encore onéreux du fait de la complète individualisation de l'appareillage et des longues étapes de laboratoires.

La chirurgie orthognatique

chirurgie_orthognathique

Dans les cas où le décalage entre les mâchoires est trop important, l'orthodontie seule ne peut résoudre le problème. Le traitement se fait alors en coopération avec une équipe de chirurgie maxillo-faciale. Il ne peut commencer qu'après la fin de la croissance, soit vers dix-sept ans pour les filles et dix-huit ans pour les garçons. Le principe est d'optimiser la forme des arcades dentaires pour que le chirurgien puisse repositionner les mâchoires pendant l'opération grâce à  l'engrènement des dents. Le traitement nécessite généralement un an et demi de port d'un appareil multi-bagues avant l'intervention, et six mois après. Une période de contention et une rééducation des fonctions oro-faciales sont également indiquées. Il s'agit d'un traitement lourd ayant un fort impact fonctionnel et émotionnel, le retour à  une mastication normale et les répercussions esthétiques étant remarquables.

La contention

contention

La contention est la période qui suit la dépose de l'appareil multi-bagues et qui vise à  contrôler la stabilité du traitement et la fin de la croissance. Il s'agit de la période la plus importante du traitement, aussi la motivation ne doit pas se relâcher. En effet, l'os qui entoure les dents a été mobilisé durant une longue période, et il lui faut une autre longue période d'immobilisation pour le renforcer. L'idéal serait de conserver l'appareil multi-bagues inactif jusqu'à  la fin de la croissance, mais pour des raisons esthétiques et de brossage évidentes, d'autres types d'appareils sont utilisés. Il s'agit d'appareils passifs qui ne sont portés que la nuit, et qui ne gênent pas l'hygiène du patient. Il peut s'agir de gouttières, d'appareils en résine ou en silicone ou de fils métalliques collés sur la face interne des incisives. La motivation ne doit pas se relâcher, car c'est la période la plus importante du traitement, l'os est encore fragile et les dents peuvent bouger plus facilement.

La dent incluse

dent_incluse

Certaines dents, pour diverses raisons, se retrouvent coincées à  l'intérieur des mâchoires et ne peuvent plus sortir. Le problème est souvent dépisté chez le dentiste. On distingue trois grandes catégories :

  • le germe de la dent est parti dans une mauvaise direction, puis son évolution s'est arrêtée, la dent est bloquée, il faut aller la chercher. Les dents les plus souvent touchées sont les canines.
  • Le germe de la dent est au bon endroit, mais son évolution est stoppée par la présence d'autres dents ; il faut faire de la place pour la faire sortir. Les dents les plus touchées sont les deuxièmes prémolaires et les canines.
  • L'évolution du germe de la dent définitive est arrêtée suite à  un traumatisme, la dent a « calé », il faut aller la chercher. Les dents les plus touchées sont les incisives supérieures.


Chez l'adolescent, la mise en place des dents incluses se passe généralement sans trop de souci, car les dents gardent un bon potentiel éruptif ; par contre, dans certain cas chez l'adulte, la dent peut se retrouver soudée à  l'os (ankylose) ; elle ne peut alors plus être mise en place et il faut l'extraire.

La freinectomie

freinectomie

Chez certaines personnes, le frein de la lèvre supérieure est inséré entre les dents jusque dans le palais, et est à  l'origine d'un écart entre les incisives supérieures : ce sont les fameuses « dents du bonheur ». Si ce problème n'en est pas forcément un, il est impossible de resserrer les dents sans avoir recours à  une petite chirurgie qui vise à  désinsérer cette petite languette de muqueuse.

Il existe aussi une autre variante avec le frein de la langue qui, s'il est trop court, empêche la langue d'avoir une position correcte dans la bouche, et provoque donc une malposition des dents et une mauvaise croissance des mâchoires. L'opération consiste ici en une élongation du frein de la langue, pour lui rendre sa mobilité. Une rééducation orthophonique est indiquée en post-opératoire.

Le disjoncteur

disjoncteur

Le disjoncteur est un appareil fixe, scellé sur les dents du haut par quatre bagues et muni d'un vérin central dont l'activation régulière va permettre un élargissement conséquent du palais grâce à  une disjonction de la suture palatine. L'activation est assez rapide, de une à  deux fois par jour pendant une à  deux semaines. Cet appareil est utilisé dans les cas où le palais est très étroit, généralement chez les personnes qui ne respirent pas du tout par le nez. L'élargissement du palais permet de retrouver une perméabilité des fosses nasales et facilite donc la respiration.

Le positionneur

positionneur

Le positionneur est un appareil utilisé généralement en fin de traitement, il permet d'améliorer l'engrènement des dents tout en rééduquant les muscles de la mastication. Il doit être porté un minimum de huit à  dix heures par jour, généralement pendant le sommeil, mais il est recommandé de faire des exercices journaliers, c'est-à -dire de le maintenir en position en serrant les dents (sans le mâchouiller) avec des intervalles de 30 secondes pendant 30 minutes.

Le masque facial

masque-facial

Le masque facial est un appareil qui stimule la croissance de la mâchoire supérieure dans les cas extrêmes d'insuffisance maxillaire. Son aspect est un peu barbare, mais il est finalement très bien supporté par les enfants. Il est constitué de deux parties, une fixée sur la mâchoire supérieure et une amovible, en appui sur le front et le menton et qui est reliée à  la partie interne par des élastiques. Le port de l'appareil est de dix à  douze heures par jour, généralement le soir et la nuit, au calme. Les effets escomptés sont obtenus assez rapidement, de l'ordre de trois à  six mois.

Le pendulum

pendulum

Le pendulum est un appareil utilisé pour reculer une ou plusieurs dents, généralement les molaires supérieures. Il est fabriqué au laboratoire à  partir de moulages du patient et se positionne contre le palais ; il est très facilement accepté par le patient et est utilisé en complément des appareils multi-bagues classiques.

Le quad'helix

quad'helix

Comme son nom l'indique, le quad'helix est constitué de quatre ressorts hélicoïdaux, positionnés au niveau du palais (donc invisibles) et fixés sur les premières molaires maxillaires. Il est utilisé principalement pour élargir le palais dans le cas où les molaires sont en articulé croisé d'un côté. Il possède aussi des bras latéraux qui permettent de modifier la forme de l'arcade supérieure. Il est généralement porté entre six mois et un an et peut être couplé à  un appareil multi-bagues classique.

Les « faux-palais »

faux_palais

Les « faux-palais » sont des appareils amovibles en résine, fabriqués en laboratoire à  partir de moulages des patients et épousant la forme du palais. Ils sont très facilement acceptés par les patients, sauf dans les cas extrêmes de réflexes nauséeux. Suivant la forme et les modifications apportées (ressorts, vérins, crochets et boucles), les faux-palais rendent de fiers services sans toutefois approcher la précision des appareils multi-bagues. C'est pourquoi ils sont utilisés principalement en denture mixte (quand il reste encore des dents de lait) pour diminuer le temps de port du futur appareil.

Les différents types de bagues

differents-types-bagues

Il existe quatre grandes familles de bagues :

  • Les bagues métalliques qui entourent les dents. Elles sont réservées aux dents du fond pour faciliter la mastication. Ce sont elles qui supportent les appareils axillaires (quad'helix, arc de Nance, arc lingual et forces extra-orales). Leur mise en place peut être un peu douloureuse, car il faut insérer la bandelette de métal entre les dents ; toutefois, cela ne pose aucun problème dans la majorité des cas. Elles sont de plus en plus remplacées par des attaches collées, plus fragiles, mais indolores et permettant un meilleur brossage des dents. Avant l'invention de la colle bio-compatible, elles étaient utilisées sur toutes les dents !! au moins, il n'y avait pas de risque de décollement de l'appareil !!

  • Les attaches métalliques collées sur les dents (le terme anglais « bracket » est souvent utilisé). C'est l'appareil orthodontique classique. Chaque petite attache est collée à  un endroit précis sur la face visible de la dent et possède une gorge usinée dans laquelle s'insère le fil métallique reliant toutes les dents. C'est la liaison des attaches entre elles qui permet d'exercer des forces individualisées sur l'os qui entoure les dents. Ces attaches permettent un résultat d'une grande précision, mais ont deux inconvénients majeurs : elles sont visibles et le brossage des dents est plus difficile. Toutefois, pour les amateurs, les petits anneaux qui fixent le fil sont disponibles dans toutes les couleurs de l'arc en ciel !!

  • Les attaches céramiques collées. Le gain esthétique par rapport à  leurs homologues métalliques est indéniable, mais il est toutefois à  nuancer par le fait, que dans la majorité des cas, seules les dents du haut peuvent être baguées en céramique, celles du bas devant recevoir des attaches métalliques classiques pour des raisons de solidité. Si les résultats obtenus sont identiques à  ceux des attaches conventionnelles, leur coùt est cependant plus important et elles ne facilitent pas non plus le brossage.

  • La technique linguale. C'est le même principe que du côté visible des dents, mais à  l'intérieur. L'appareil est entièrement fabriqué sur mesure à  partir de moulages des mâchoires des patients. Il est donc plus précis, plus rapide, complètement invisible, mais aussi plus complexe à  manipuler. À part un petit temps d'adaptation nécessaire pour positionner sa langue comme il faut, il est parfaitement accepté par le patient. Son seul défaut est évidement son coùt, lié à  sa fabrication entièrement individualisée et extrèmement minutieuse par un laboratoire spécifique en Allemagne. C'est la technique « Incognito ».

Les élastiques

elastiques

De petits élastiques sont utilisés en orthodontie pour mobiliser les arcades dentaires entre elles s'il existe un décalage. Il s'agit essentiellement de petits anneaux en latex ou en élastomère, que le patient doit positionner en divers points de l'appareil, selon les indications du praticien. Ils doivent être changés tous les jours car la salive leur fait perdre leurs propriétés. Le port des élastiques est une phase cruciale du traitement, qui permet de stimuler ou d'inhiber la croissance des mâchoires ou de réorienter ou repositionner les arcades dentaires dans les trois dimensions. Le port des élastiques doit absolument être régulier si l'on veut avoir des résultats, sinon l'élasticité propre de l'os compense celle des élastiques. On obtiendra de meilleurs résultats en trois mois à  raison de 23 heures sur 24, qu' en une année à  raison de douze heures par jour. Ces élastiques ne se trouvant pas dans le commerce, s'il venait à  vous en manquer, n'hésitez pas à  passer en récupérer au cabinet, et si vous ne pouvez pas vous déplacer, nous vous en ferons parvenir par la poste.

Les forces extra-orales

force-extraorale

En plus des élastiques « intra-oraux » qui permettent de mobiliser les arcades dentaires l'une par rapport à  l'autre, il existe des appareils externes qui sollicitent d'autres appuis, généralement le crâne, le front ou le menton. Entrés dans la légende de l'orthodontie, ces appareils sont presque tous remplacés par des systèmes moins impressionnants, mais ils restent complètement d'actualité et rendent encore de fiers services !!! Ces appareils doivent être portés généralement entre dix et quatorze heures par jour et augmentent considérablement l'efficacité du traitement.

Les extractions

extractions

Dans certains cas, l'orthodontiste peut vous proposer d'extraire des dents pour réaliser le traitement. Il s'agit d'un acte irréversible, mùrement réfléchi à  l'issue de l'examen clinique et complémentaire. Il ne peut être réalisé sans l'accord du patient ou de ses parents s'il est mineur. Voici les principaux cas rencontrés :

  • L'encombrement : si les dents sont proportionnellement trop grosses par rapport aux mâchoires qui les supportent. La seule manière de les aligner esthétiquement est d'en enlever quatre (une de chaque côté, en haut et en bas).
  • Le décalage des mâchoires : chez les patients qui présentent un décalage antéro-postérieur qui ne peut être compensé par la seule croissance des mâchoires (très grand décalage ou patients adultes), l'extraction de dents peut permettre de corriger le décalage, en reculant ou en avançant en bloc les secteurs d'arcade concernés.
  • Les caries !!! : les dents très cariées dès le plus jeune âge se retrouvent avec une espérance de vie (très) réduite. L'orthodontie permet alors de faire d'une pierre deux coups, en extrayant les dents condamnées et en refermant les espaces d'extraction.
  • Les agénésies (absence congénitale d'une ou plusieurs dents) : les cas les plus fréquents d'agénésies, hormis les dents de sagesses, sont les incisives latérales et les deuxièmes prémolaires. Si l'une ou plusieurs d'entre elles venaient à  manquer, le choix s'offre alors d'effectuer des extractions symétriques et de refermer les espaces, ou alors au contraire de ne rien extraire et de prévoir la pose d'implants dentaires une fois la croissance terminée.

Les minivis

minivis

Les minivis sont un des nombreux moyens d'ancrage utilisés en orthodontie. Elles sont indiquées généralement chez les adultes, pour éviter le port d'appareils trop encombrants ou moins efficaces. Il s'agit d'une petite vis en titane mise en place par le chirurgien dentiste au niveau de l'os des mâchoires, sous anesthésie locale, et qui permet d'avoir un point d'appui fort pratique quand il s'agit de mobiliser un grand nombre de dents. La minivis est déposée très facilement une fois qu'elle n'est plus nécessaire.

L'encombrement

encombrement

C'est la demande principale en orthodontie, les patients viennent nous consulter car ils ont les dents qui se chevauchent. L'encombrement a plusieurs origines :

  • L'encombrement primaire : il est d'origine génétique : on parle d'hérédité croisée : la mâchoire de la maman, les dents du papa, un mix des deux ou les deux qui ont déjà  un problème... toutes les variations sont possibles, mais le résultat est le même : il n'y a pas assez de place sur les arcades pour aligner les dents sans avoir l'impression qu'elles sortent de la bouche !! Suivant la quantité de place nécessaire, on peut donc choisir de meuler certaines dents (stripping) ou d'en extraire une de chaque côté.
  • L'encombrement secondaire : la taille des dents est en harmonie avec celle des arcades, mais certains phénomènes pendant la croissance (caries, pouce, tétine, perte prématurée de dents de lait) provoquent un embouteillage des dents vers l'avant. Il est généralement possible de résoudre ces encombrements sans avoir besoin d'extraire de dents, mais les extractions seront inévitables dans les cas les plus aggravés.
  • L'encombrement tertiaire : il se produit chez les adultes qui ont les racines qui se déchaussent, et dont les dents se mettent soudain à  bouger. Si le problème est pris à  temps, l'orthodontie peut facilement réaligner les dents, ce qui recentre les racines dans l'os, puis une contention permanente est réalisée, ce qui empêche le phénomène de se reproduire.

Les agénésies

agenesie

Absence congénitale d'une ou plusieurs dents. Les dents de sagesse, les incisives latérales et les deuxièmes prémolaires sont le plus souvent touchées. Elles sont souvent signalées par la persistance de la dent de lait sur l'arcade en fin de croissance, ou par le fait que celle-ci n'a jamais été remplacée. Les agénésies induisent une perte de l'équilibre et donc des fonctions masticatoires, ainsi qu'un préjudice esthétique dans le cas des incisives. En règle générale, trois types de traitements sont proposés : les extractions de symétrisation et la fermeture des espaces, l'aménagement de l'espace manquant en vue de la pose d'implants dentaires, ou l'abstention thérapeutique si le patient ne présente pas d'autres problèmes orthodontiques.

Le choix du type de traitement dépend de critères esthétiques, fonctionnels, mais aussi financiers, car la pose d'implants engendre un surcoùt non négligeable.

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

Incidents et urgences orthodontiques

J'ai mal aux dents !!

j-ai-mal-aux-dents

La douleur dentaire est malheureusement inhérente au port d'un appareil orthodontique. En effet, le mouvement dentaire obtenu est le résultat d'une adaptation de l'os des mâchoires aux pressions exercées sur les dents. Cette adaptation physiologique crée une inflammation autour de la dent qui devient alors sensible à  la pression. Cette douleur, qui dure en général entre deux jours et une semaine, doit rester supportable. Pour cela, il est conseillé d'adopter une alimentation souple les premiers jours. Si la douleur est trop intense, il ne faut pas hésiter à  contacter le cabinet pour changer le réglage de l'appareil.

Irritation des lèvres et des joues

irritation-des-levres-et-des-joues

Les appareils orthodontiques sont constitués de petites plaquettes en métal collées sur les dents. Bien qu'elles aient une forme douce et arrondie, elles peuvent créer des lésions sur les joues et les lèvres à  cause du frottement continu, à  la manière d'une nouvelle paire de chaussures. Ces irritations qui ne se produisent qu'au début du traitement peuvent être évitées en appliquant de petites boules de cire orthodontique sur la partie qui blesse. Voir aussi « Fil décroché ou qui dépasse ».

Perte de ligatures élastomériques ou métalliques:

perte-d-une-ligature

Les ligatures sont les petits anneaux en caoutchouc ou en métal qui relient les bagues au fil orthodontique. La perte d'une ligature quelconque n'est généralement pas très grave si les dents voisines restent bien accrochées. Cependant, si une action importante est réalisée sur la dent, la perte de sa ligature peut atténuer le bénéfice obtenu. Si cela se passe au début du traitement, cela n'est pas très important. Par contre, en fin de traitement, la dépose de l'appareil peut être retardée de quelques semaines, ce qui ne fait jamais plaisir. Il faut donc prendre le réflexe d'appeler son orthodontiste dès qu'un petit problème survient.

Décollement d'une attache ou d'une bague

decollement-d-une-attache-ou-d-une-bague

Les appareils orthodontiques sont solidarisés aux dents qu'ils font bouger. Certains sont collés (les attaches ou « brackets »), d'autres sont scellés au ciment (les grosses bagues sur les dents du fond). Les matériaux utilisés en bouche sont nécessairement bio-compatibles et répondent à  des cahiers des charges très précis, celui entre autres de pouvoir être retirés sans nuire aux dents (ce qui est la moindre des choses !!). La colle des attaches doit donc céder aux forces de cisaillement pour pouvoir être enlevée le jour de la dépose sans arracher des morceaux d'émail. Cette colle est donc sensible aux sandwiches bien durs, aux pommes et aux ongles !! Le ciment des bagues est lui plus costaud, car il est soumis à  des forces masticatrices plus intenses. Il est beaucoup plus rare de décrocher une bague du fond. Si vous remarquez qu'une attache ou qu'une bague est mobile, il faut avoir le réflexe de prévenir le cabinet. Cela n'est jamais bien urgent, mais votre orthodontiste vous précisera si vous pouvez attendre le prochain rendez-vous ou s'il faut venir rapidement.

Fil décroché ou qui dépasse

fil-qui-depasse

Le fil orthodontique, qui relie les attaches entre elles, est accroché à  celles-ci par des ligatures (les petits anneaux de couleur ou le petit fil métallique torsadé). La perte de ces ligatures, le décollement d'attaches ou le glissement du fil peuvent le faire se déloger ou dépasser derrière les bagues, provoquant une irritation, voire une ulcération de la joue. Vous pouvez essayer de le reloger à  l'aide d'une pince à  épiler ou couper le bout qui dépasse avec un coupe-ongles. L'application d'une boule de cire orthodontique permet également de patienter si le problème persiste (la cire du Babybel® ou celle de boules Quies® fait aussi l'affaire). Dans tous les cas, n'oubliez pas de prévenir le cabinet pour avoir une solution précise.

Appareil résine cassé ou perdu

appareil-perdu-ou-casse

Certains appareils utilisés en orthodontie sont amovibles et ne doivent être portés qu'une partie de la journée et la nuit. Le reste du temps, ils doivent être replacés propres et secs dans leurs boîtes. S'ils sont rarement complètement perdus, ils peuvent être oubliés sur le lieu de vacances, piétinés ou mâchouillés par nos petits compagnons à  poils. Dans ces cas, et surtout si d'autres appareils fixes sont présents en bouche, il faut tout de suite prévenir le cabinet afin de remédier au problème le plus rapidement possible pour ne pas retarder ou nuire au bon déroulement du traitement.

Perte de la contention, fil décollé

perte-de-la-contention-fil-decolle

La dépose de l'appareil d'orthodontie n'est pas la fin du traitement ! En effet, durant toute la durée du traitement, les dents ont été mobilisées dans l'os, rendant celui-ci plus malléable. Le port de l'appareil de contention permet à  l'os des mâchoires de se consolider convenablement, tout en permettant un bon brossage des dents et un sourire retrouvé. Généralement, le port de la contention dure jusqu'à  la fin de la croissance, avec un port de moins en moins fréquent. En conséquence, la perte de l'appareil de contention ou le décollement du petit fil collé derrière les dents doivent être pris en charge rapidement, surtout si la dépose de l'appareil est récente. Essayez donc de vous rendre le plus rapidement possible au cabinet pour remédier à  ce problème.

Allergies

allergies

Peu de phénomènes allergiques sont rencontrés en orthodontie car tous les matériaux entrant dans les compositions des appareils sont inertes, hypoallergéniques et bio-compatibles. De plus, la muqueuse buccale est moins sujette aux phénomènes d'allergie de contact que la peau. Il en ressort que les allergies réelles sont très rares. En dehors de l'appareil à  proprement parler, l'allergie la plus rencontrée est l'allergie au latex qui entre dans la composition des gants. L'utilisation de gants en nitrile permet de résoudre ce problème rapidement.
Les personnes présentant une allergie cutanée au nickel (bijoux, bouton de jeans...) ne développent la plupart du temps aucune réaction au nickel contenu dans l'appareillage, car celui-ci est présent sous la forme d'alliage et ne possède donc pas les mêmes propriétés que le métal pur.

Choc, traumatisme

choc-traumatisme

Durant les deux ans que dure en moyenne un traitement d'orthodontie, de nombreux traumatismes peuvent survenir, allant du pull en laine accroché dans l'appareil au saut périlleux à  vélo, en passant par le coup de coude dans la cour de récréation. Si l'appareil permet de maintenir les dents en place en cas de choc direct, il est en revanche un peu plus traumatisant pour les lèvres et les joues de nos patients. Il est évident qu'en cas de traumatisme important, il faut venir rapidement au cabinet ou le cas échéant chez votre dentiste traitant pour résoudre le problème, voire pour rédiger un constat d'accident pour l'assurance civile.

Les urgences le week-end et pendant les vacances

urgences-pendant-les-vacances

Les petits problèmes (fil qui dépasse, bague décollée) sont facilement résolus, soit par l'application de cire orthodontique, soit en coupant le fil à  l'aide d'une pince coupante, soit en le remettant en place à  l'aide d'une pince à  épiler.
Pour les problèmes plus compliqués (douleur exacerbée, appareil tordu, traumatisme ou contusion) orientez vous vers le dentiste de garde ou l'orthodontiste proche de votre lieu de vacances. Il ne pourra pas forcément réparer l'appareil, qui est spécifique à  chaque praticien, mais il pourra au moins le régler dans une position neutre qui vous permettra d'attendre votre retour de vacances. En cas d'accident, un constat devra être réalisé pour faire jouer l'assurance.

Vous n'avez plus d'élastiques !!!

vous-n-avez-plus-d-elastiques

Le port d'élastiques est une composante essentielle (mais pas toujours obligatoire !) des traitements orthodontiques. Ils doivent être portés de manière régulière et très précise. La perte des élastiques empêche le traitement d'avancer, il est donc primordial de garder quelques élastiques de secours et d'en éparpiller aux quatre coins de la chambre pour ne pas se retrouver bredouille. Si toutefois vous avez épuisé vos réserves et vous êtes dans l'impossibilité de vous déplacer au cabinet, n'hésitez pas à  nous passer un coup de fil, nous nous ferons un plaisir de vous en faire parvenir par la poste.

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

F.A.Q.

Qu'est ce que l'orthodontie ?

 

L'orthodontie est une spécialité médicale issue de la pratique de la dentisterie. Elle utilise les propriétés d'adaptation et de croissance uniques des dents et des mâchoires pour rétablir le fonctionnement harmonieux des arcades dentaires.

Pour cela, l'orthodontiste utilise divers appareillages qui se fixent sur les dents, afin d'y exercer des forces physiologiques. Le type et la forme des appareils utilisés varient en fonction de l'âge du patient et des problèmes à résoudre. Idéalement, les traitements sont commencés jeunes et se finissent une fois que toutes les dents permanentes sont présentes en bouche. Cependant, l'orthodontie apporte aussi des solutions ponctuelles ou globales très satisfaisantes à tout âge de la vie.

A partir de quel âge consulter ?

 

On peut consulter à tout âge.

Généralement, de 6 à 12 ans, on vérifie le bon engrènement des dents du haut et du bas, afin d'éviter une croissance asymétrique du visage ou de permettre la bonne évolution des dents définitives, on parle d'interception. L'enfant possède toujours des dents de lait, et le traitement ne peut être complet qu'avec la bonne évolution des dents permanentes.

De 12 à 16 ans, c'est la période clef de l'orthodontie, les enfants sont en pleine croissance, et toutes les dents définitives arrivent sur l'arcade. C'est le meilleur moment pour réaliser le traitement.

À partir de 16 ans et tant qu'on a des dents, il est toujours possible de les déplacer, mais les marges de manoeuvre sont plus réduites, car la croissance des mâchoires est terminée. Dans les cas extrêmes de décalages des mâchoires, l'orthodontie s'associe à la chirurgie maxillo-faciale pour rétablir la bonne harmonisation des arcades dentaires.

A quel âge débuter un traitement ?

 

Au bon moment !!!

Il faut bien comprendre qu'un traitement d'orthodontie global peut être fragmenté dans le temps en fonction des différents problèmes à résoudre : on peut rétablir une croissance harmonieuse des mâchoires à 6 ans, faire de la place pour une dent coincée à 9 ans, et finir d'aligner les dents à 13 ans. Cela ne veut pas dire que l'enfant va avoir un appareil en bouche pendant 8 ans, cela veut dire qu'il va être suivi régulièrement afin d'effectuer des tâches ponctuelles au bon moment !

Le même enfant, qui ne se serait présenté au cabinet qu'à l'âge de 13 ans, nécessiterait sûrement l'extraction de dents définitives, un port d'élastiques conséquents et un traitement avec des bagues plus long.

Si ce patient n'était venu nous consulter qu'à l'âge de 25 ans, il présenterait une asymétrie du visage, un mauvais alignement et des dents incluses. La réhabilitation des arcades dentaires reste possible en passant par le port de bagues et l'extraction de dents définitives, mais seule une chirurgie maxillo-faciale permet alors la correction des grandes asymétries.

A l'âge de 40 ans, des problèmes d'ouverture et de fermeture de la bouche se surajoutent, et il n'est certainement plus possible de mettre en place les dents incluses (ankylose). On passe alors à un autre type de réhabilitation nécessitant la mise en place d'implants dentaires.

Comment s'organisent les rendez-vous ?

 

Le jour de la première consultation, l'orthodontiste examine le patient pour déterminer si un traitement est nécessaire, et si oui, à quel moment le commencer. Un rendez-vous est alors fixé pour prendre des radios, des photos et une empreinte des dents, afin de réaliser un diagnostic complet. Le troisième rendez-vous a lieu une semaine plus tard pour confirmer le plan de traitement et remplir les papiers pour la prise en charge par la sécurité sociale.

Les poses d'appareillage durent environ 45 minutes. Elles se déroulent les matins et les débuts d'après-midi.

Les rendez-vous d'activation sont espacés de six semaines pour les enfants et de trois semaines pour les adultes (l'os ne réagit pas de la même façon). Ces rendez-vous durent environ quinze minutes et sont donc réservés pour les fins d'après-midi, une fois que l'école est finie.

Lorsque le résultat obtenu est satisfaisant, l'appareil actif peut être enlevé, mais le traitement ne s'arrête pas pour autant, on entre alors en phase de contention : c'est une période de consolidation qui permet à l'os qui entoure les dents de bien cicatriser. Un appareil de nuit est réalisé en fonction du problème initial et doit être porté avec assiduité. C'est la partie la plus sensible du traitement, car il ne faut pas lâcher prise !!!

Généralement, les rendez-vous pendant la période de contention sont très rapides (on regarde juste que tout va bien) et espacés de trois mois. Par contre, au moindre problème, doute ou interrogation, il est impératif de revenir au cabinet en courant avant que le problème ne s'aggrave !!!

Quelles sont les nouvelles techniques orthodontiques ?

 

L'orthodontie est une discipline en plein essor qui utilise des matériaux de haute technicité permettant des traitements de plus en plus rapides, précis, indolores et esthétiques. Ainsi, les techniques dites « classiques » (palais en résine et multi-bagues) sont de plus en plus performantes, mais de nouveaux types de traitement font leur apparition :

  • traitements multi-bagues invisibles à l'intérieur de la bouche,
  • traitements «invisibles» à l'aide de séquences de gouttières transparentes,
  • correction de la position des mâchoires dès le plus jeune âge pour optimiser la croissance,
  • coordination des chirurgies maxillo-faciales chez l'adulte,
  • utilisation d'implants osseux pour augmenter la rapidité et l'efficacité des traitements...

Peut on faire de l'orthodontie quand on est adulte ?

 

Bien sûr !!! L'orthodontie chez l'enfant a pour but de positionner les dents et les mâchoires de manière idéale et individualisée. Ceci est possible car les dents des enfants ne sont pas usées et qu'il leur reste un bon potentiel de croissance des mâchoires.

Chez l'adulte, les dents commencent à s'user, certaines peuvent manquer et les mâchoires ont fini leur croissance. Il est donc plus difficile d'arriver au résultat théorique idéal ; toute la finesse du traitement réside dans les différents compromis à réaliser pour concilier optimisation du résultat et activité socio-professionnelle. Pour faire simple, chez l'enfant, le but du traitement est d'obtenir un résultat parfait, et chez l'adulte, on recherche le meilleur compromis entre demande du patient et finitions thérapeutiques.

Concrètement, les mêmes appareillages sont utilisés pour les enfants et pour les adultes, même si les solutions les plus esthétiques sont généralement privilégiées. Par contre, les rendez-vous sont plus rapprochés dans le temps, car les dents doivent être stimulées plus souvent.

La grosse différence, finalement, est la non prise en charge du traitement par la sécurité sociale s'il est débuté après l'âge de 16 ans, et si la malocclusion ne constitue pas un handicap sévère.

Cependant, certaines mutuelles commencent à prendre en charge les traitements d'orthodontie chez les adultes.

Y-a-t'il des appareils invisibles ?

 

Il existe différents types d'appareils peu ou pas visibles :

  • les appareils amovibles à ne porter que 12 à 14 heures par jour : il s'agit d'appareils en résine, moulés sur la surface des dents, et qui permettent de réaliser des mouvements étendus, mais peu précis : agrandir un palais, modifier la croissance des mâchoires, écarter ou redresser une dent...
  • les appareils fixes, fixés sur les dents du fond et épousant la forme du palais : ils ne se voient pas de l'extérieur, mais leur usage est limité à certains mouvements dentaires. Ils sont souvent utilisés en début de traitement, pour modifier la forme du palais, ou repositionner la langue.
  • les gouttières transparentes : elles doivent être portées toute la journée, sauf pendant les repas et le brossage des dents. Elles sont relativement invisibles, mais peuvent provoquer quelques troubles de diction au début du traitement. Elles rendent de grands services en orthodontie, mais ne permettent pas de réaliser tous les mouvements.
  • Les appareils multibagues en technique « linguale » : les faces visibles des dents sont laissées complètement libres, tout se passe à l'intérieur de la bouche. Il s'agit d'un système entièrement réalisé sur mesure, très complet, et permettant d'obtenir les meilleurs résultats

Mon traitement va- t-il être stable ?

 

Lorsqu'un traitement est fini correctement, les dents du haut et du bas s'emboîtent comme des Lego® et se déplacent harmonieusement dans toutes les directions. Elles sont en équilibre avec la langue, les lèvres et les joues. C'est la rupture de cet équilibre qui peut provoquer un déplacement des dents. Pour cela, il faut bien penser à manger des deux côtés, à avoir une déglutition mature, c'est-à-dire dents serrées, lèvres détendues et langue appliquée contre le palais, et il est bien sûr interdit de ronger ses ongles, de sucer son pouce ou de manger ses stylos de manière compulsive.

Le port de l'appareil de contention à la fin du traitement actif est bien entendu primordial, car il aide l'os qui entoure les dents à se reconsolider après le traitement.

Qu'est-ce qu'une malocclusion ?

 

Les malocclusions regroupent l'ensemble des problèmes impliquant l'imbrication des dents du haut et des dents du bas.

On distingue les malocclusions globales, portant sur l'ensemble des mâchoires : trop en avant, trop en arrière, de travers, qui convergent, qui divergent... celles-ci ont des retentissements sur la mastication, la phonation, la forme du sourire, du visage et sur les articulations des mâchoires.

Il existe aussi des malocclusions plus ponctuelles, qui n'intéressent que quelques dents. Elles créent un déséquilibre dans le fonctionnement des mâchoires, qui peut être plus ou moins bien accepté selon l'intensité du problème, mais surtout elles peuvent avoir des répercussions sur la croissance des mâchoires si elles se produisent à un jeune âge.

Je vais me faire poser un appareil. Vais-je avoir mal? Pendant combien de temps ?

 

Différents types de douleur sont associées à différentes étapes :

  • La pose de l'appareil est généralement indolore. Seule la mise en place des bagues sur les molaires peut provoquer des douleurs de tassement si elles sont très serrées. Ces bagues sont de plus en plus souvent remplacées par des tubes collés et donc indolores.
  • Une fois que l'appareil est activé une première fois, une gêne plus qu'une douleur s'installe progressivement, certaines dents pouvant être plus sensibles que d'autres. Une nourriture souple est alors recommandée quelques jours, le temps que les dents retrouvent une sensibilité normale.
  • À chaque activation de l'appareil, le fil qui relie les dents est remis en tension, créant de petites douleurs brèves à la manipulation. Les dents redeviennent progressivement sensibles pendant quelques jours. Plus le traitement avance, plus les douleurs d'activation s'estompent.
  • Une des phases les plus importantes du traitement est le port des élastiques. C'est lui qui permet l'emboîtement final des dents. La plupart du temps, un port continu est recommandé ; celui-ci occasionne des douleurs de tension dans un premier temps, puis celles-ci vont rapidement disparaître si le port est régulier. Des élastiques mal portés provoquent des douleurs discontinues, car l'organisme n'a pas le temps de s'adapter.
  • Lors de la dépose de l'appareil, une force de cisaillement brève est appliquée sur chaque attache. Celle-ci est généralement indolore, mais certaines dents peuvent être plus sensibles que d'autres, provocant de petites douleurs surprises, mais qui n'altèrent heureusement pas la joie d'être débagué !!

Y-a-t-il des précautions à prendre pendant mon traitement d'orthodontie ?

 

  • La première des précautions est le nettoyage approfondi des dents pendant tout le port de l'appareil. En effet, la nourriture qui stagne est mangée par les microbes qui se multiplient à toute vitesse et en profitent pour détruire la gencive et la surface des dents !!
  • De même, un appareil propre occasionne moins de frictions entre ses composants et augmente donc la rapidité du traitement, ce qui n'est jamais négligeable.
  • D'autres précautions visent à éviter le décollement de l'appareil ou la torsion du fil qui relie les attaches. Il ne faut donc pas manger des aliments durs, croquants ou collants, ne pas grignoter ses stylos ou ses ongles et éviter de porter systématiquement ses doigts à la bouche.
  • La persistance de mauvaises habitudes (succion du pouce, tétine, doudou ou ongles) ou d'une déglutition immature (langue et lèvres entre les dents) perturbe le fonctionnement de l'appareil en créant des forces parasites très puissantes. Il est donc très important d'y remédier.

Dois-je faire enlever mes dents de sagesse ?

 

L'extraction des dents de sagesse étant le plus souvent prescrite par les orthodontistes, elle est fréquemment.assimilée à un gage de pérennité du traitement, ce qui n'est absolument pas vrai !!!

La véritable raison de l'augmentation des extractions de dents de sagesse est que ce sont les dernières à arriver en bouche et qu'elles ont de moins en moins de place pour se positionner correctement : en effet, la nourriture actuelle est de plus en plus molle et les dents ne s'usent plus suffisamment pour laisser la place à une bonne évolution des dents de sagesse. Il existe bien sûr d'autres indications qui sont, elles, d'ordre purement génétique ou congénital : anomalie de forme ou de position d'un germe, absence de l'antagoniste...

Je vais avoir un appareil lingual. Cela va-t-il me gêner ?

 

Oui, évidement, mais on s'y habitue !!!

Qu'il soit en vestibulaire (sur la face visible des dents) ou en lingual, l'appareil agresse les joues, les lèvres ou la langue, il faut donc un certain temps d'adaptation pour que les muqueuses se modifient, comme pour de nouvelles chaussures ...

Il peut aussi y avoir des problèmes d'élocution au début, mais la langue s'y adapte aussi très rapidement.

Mon enfant porte un appareil orthodontique depuis 5 mois et ne se brosse pas beaucoup les dents. Que risque-t-il ?

 

Une fois de plus, le plus important n'est pas le fait de se brosser les dents, mais d'avoir les dents absolument propres, c'est le résultat qui compte :

  • Brossage fréquent et complet : tout va bien, les dents sont toujours parfaitement lisses, brillantes et les gencives sont roses, c'est parfait.
  • Brossage fréquent mais incomplet : de la plaque dentaire (du moisi !! ) peut s'accumuler à certains endroits et provoquer des saignements de gencive et une déminéralisation de l'émail sur les zones concernées (souvent la canine du côté de la brosse à dents). Une modification du brossage, et tout rentre dans l'ordre.
  • Brossage fréquent et nul : ce n'est pas sérieux, l'enfant se lave le bout des dents de devant pour faire illusion, il y a du moisi partout et toutes les gencives saignent. S'il n'y a pas d'amélioration immédiate, il faut retirer l'appareil.
  • Brossage irrégulier et complet : ce n'est pas si grave, car au moins une fois par jour tout est nettoyé parfaitement, et finalement, à part un morceau de salade et un bout chocolat qui passent l'après-midi dans le sourire, la plaque n'a pas le temps de s'installer.
  • Brossage irrégulier et incomplet : il faut réagir, la plaque s'accumule dans certaines zones, les gencives saignent et des lésions irréversibles de l'émail vont apparaître si rien ne change. Sans amélioration rapide, il est préférable de retirer l'appareil.
  • Brossage irrégulier et nul : la paresse associée à la maladresse et à une certaine inconscience, l'orthodontiste est furieux et enlève l'appareil immédiatement !!!!!

Combien de temps dure un traitement orthodontique en moyenne ?

 

Un traitement d'orthodontie est une somme d'objectifs plus ou moins continus occupant un temps relativement incompressible, certains pouvant se dérouler en parallèle et d'autres en continu.

Un traitement complet dépasse rarement trois ans de temps de traitement actif, mais les soins peuvent être dispatchés sur une période de six à huit ans ! (cela ne veut pas dire que l'enfant aura un appareil pendant huit ans, mais il aura des visites régulières chez son orthodontiste pour vérifier la bonne évolution de la dentition). On peut dire que 75% des traitements sont relativement simples et nécessitent entre un an et demi et deux ans et demi de traitement.
Trois facteurs essentiels modifient la durée du traitement :

  • La physiologie du patient : l'os des mâchoires est plus ou moins ductile et réactif suivant les personnes ; la salive est plus ou moins riche en tartre...
  • Le brossage des dents : un appareil propre offre moins de friction et de résistance au mouvement.
  • La casse de l'appareil : si ce n'est jamais bien grave, il vaut mieux toujours réparer l'appareil le plus vite possible, sinon il fonctionne moins bien, et donc on perd du temps !!
  • Le port des élastiques : s'il est incomplet ou inexistant, rien ne se passe. L'appareil devient aussi utile qu'une voiture sans essence !

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page

Plan & Contact

En voiture :

  • Depuis Soleo saepe :
    Eodem tempore Serenianus ex duce, cuius ignavia populatam in Phoenice Celsen ante rettulimus, pulsatae maiestatis imperii reus iure postulatus ac lege, incertum qua potuit suffragatione absolvi, aperte convictus familiarem suum cum pileo, quo caput operiebat, incantato vetitis artibus ad templum misisse fatidicum, quaeritatum expresse an ei firmum portenderetur imperium, ut cupiebat, et cunctum.
  • Depuis Eodem Centre :
    Adolescebat autem obstinatum propositum erga haec et similia multa scrutanda, stimulos admovente regina, quae abrupte mariti fortunas trudebat in exitium praeceps, cum eum potius lenitate feminea ad veritatis humanitatisque viam reducere utilia suadendo deberet, ut in Gordianorum actibus factitasse Maximini truculenti illius imperatoris rettulimus coniugem.
  • Depuis la route de autem :
    Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis.

En bus :

  • Nec vox accusatoris ulla licet subditicii in his malorum quaerebatur acervis ut saltem specie tenus crimina praescriptis legum

Avec l'aide de Google map :

  • Pour connaître l'itinéraire, rien de plus simple : Cliquez sur l'icône A, puis sur "Itinéraire". Entrez votre lieu de départ et enfin cliquez sur OK

L'accès et l'ensemble du cabinet sont adaptés aux personnes à  mobilité réduite.

Retour en haut de la page
Dentalcom ® : Création et référencement de sites internet spécialisé pour les chirurgiens-dentistes
Charte de déontologie | Ordre National des Chirurgiens-Dentistes | Annuaire National des Chirurgiens-Dentistes | Mentions légales

Mentions légales

 

Titulaire du site

Cabinet du docteur Lorem Ipsum
Spécialiste qualifiée en orthopédie dento-faciale

3, rue Lorem Ipsum
1290 Lorem Ipsum

Numéro inscription Conseil de l'ordre : 00 00 00 000

Objet du site

Ce site est conçu à titre purement informatif et est destiné à tout type de public. Il a été réalisé selon la charte ordinale de qualité relative aux sites Internet et ratifié par le praticien. Ce site a pour mission de présenter le cabinet dentaire ainsi que des informations sur les soins bucco-dentaires pratiqués.

Les informations fournies sur le présent site sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son chirurgien-dentiste.

éditeur et hébergeur du site

Éditeur du site : Dentalcom.fr, Alexis Daniel - 23, rue de la loge - 34000 Montpellier
Tél : 04 99 61 00 73
mail : adaniel @ dentalcom.fr

Le contenu médical du site (articles, soins et prévention) a été réalisé par un comité rédactionnel, composé des Drs Anne Bonnevial et Guillaume Daniel (responsable éditorial), chirurgiens-dentistes spécialistes qualifiés en orthopédie dento-faciale.

En référence aux articles L. 4113-13 et R. 4113-110 du Code de la santé, Dentalcom® confirme que les auteurs professionnels de santé qui participent aux contenus du site n'ont pas de liens d'intérêt avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits. Toutes modifications ou changements seront le cas échéant signalés et stipulés clairement.

Première publication des articles : avril 2011
Dernière mise à jour : 08 juin 2012

Hébergement du site : OVH - 140 Quai du Sartel - Roubaix (France)

Propriété intellectuelle

Tout le contenu du site dentalcom.fr, les graphismes, images, textes, vidéos, logos, gifs et icônes ainsi que leur mise en forme sont la propriété exclusive d'Alexis Daniel à l'exception des marques, logos ou contenus appartenant à d'autres sociétés partenaires ou auteurs.

Toute reproduction, distribution, modification, retransmission ou publication de ces différents éléments est strictement interdite sans l'accord exprès par écrit d'Alexis Daniel.

Pour toute demande d'autorisation ou d'information, envoyez un email à :
adaniel @ dentalcom.fr.

Copyright des photos utilisées :
Gary Blakeley - Fotolia.com
Chlorophylle - Fotolia.com
KristijanZontar - Fotolia.com
Tino Neitz - Fotolia.com
Paul Hill - Fotolia.com
vectormaniac - Fotolia.com
fotofuerst - Fotolia.com
Pixelmania - Fotolia.com
fotofac - Fotolia.com
manu - Fotolia.com
Willee Cole - Fotolia.com
Magalice - Fotolia.com
Sally - Fotolia.com
Mihai Simonia - Fotolia.com
photocreo - Fotolia.com
Robert Kneschke - Fotolia.com
Eléonore H - Fotolia.com
ioannis kounadeas - Fotolia.com
Yuri Arcurs - Fotolia.com
appler - Fotolia.com
ioannis kounadeas - Fotolia.com
ioannis kounadeas - Fotolia.com

Copyright des scripts utilisés :
Voir les fichiers sources des scripts.

Confidentialité

Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles. Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.

Dentalcom ® n'utilise pas de cookie, mais utilise Google Analytics pour analyser l'audience du site et améliorer son contenu. Pour plus d'information sur les règles de confidentialité relatives à l'utilisation de Google Analytics, cliquez ici. Le visiteur est libre de désactiver la prise en charge des cookies par son navigateur, cela ne lui sera en rien préjudiciable dans son utilisation du site.

Publicité et financement

Ce site n'accueille aucune forme de publicité. Le site a été conçu par dentalcom.fr pour le praticien, sans qu'aucun financement extérieur n'intervienne. Ce site a été entièrement financé par le praticien.

Dernière mise à jour : 13 juin 2012

Retour en haut de la page